Le Pêcheur

Poem by Albert Duboys

L’onde frémit, l’onde s’agite,
Au bord est un jeune pêcheur.
De ce beau lac le charme excite
Dans l’âme une molle langueur.
À peine il voit, à peine il guide
Sa ligne errante sur les flots.
Tout à coup sur le lac limpide
S’élève la nymphe des eaux.
Tout à coup sur le lac limpide
S’élève la nymphe des eaux.

Elle disait d’une voix tendre,
D’une voix tendre elle chantait,
Et, sans songer à se défendre,
Le jeune pêcheur écoutait:
“Si tu savais la douce vie
Des sujets heureux sous ma loi,
Leur destin te fera envie,
Tu voudrais vivre auprès de moi.
Leur destin te fera envie,
Tu voudrais vivre auprès de moi.

Du beau soleil vois la lumière
Descendre dans mes flots d’azur.
Vois dans mes flots Phoebé se plaire
Et briller d’un éclat plus pur!
Vois come le ciel sans nuages
Dans mes vagues paraît plus beau!
Vois! vois! vois enfin, vois ta propre image
Qui te sourit du fond de l'eau.
Vois enfin, vois ta propre image
Qui te sourit du fond de l'eau.

L’onde frémit, l’onde s’agite
Vient mouiller les pieds du pêcheur.
Il entend la voix qui l'invite,
Il cède à son charme trompeur.
Elle disait d’une voix tendre,
D’une voix tendre elle chantait.
Sans le vouloir, sans se défendre,
Il suit la nymphe, il disparait.


Page 1 of Le Pêcheur

Home

Contents

About this site